Vallée de la Juine Nature Environnement


LA JUINE … POINT DE SUSPENSION ? *


Le jeu de mots est facile mais pour notre chère Juine, répondre à l’interrogation en montrant une eau limpide c’est pratiquement « mission impossible ».


En effet tout au long de son cours elle récupère le limon de ses pentes, entrainé par les eaux pluviales. Et  c’est bien lui le responsable de sa transparence… plutôt obscure : agité par le courant il reste en suspension et assombrit l’eau dans sa masse. Au moindre ralentissement dû aux obstacles telles vannes, barrages, seuils, il se dépose pour former des bancs de vase. Ajoutons que ces obstacles créent des masses d’eaux stagnantes nocives pour la rivière (désoxygénation, concentration de polluants, prolifération anarchique d’herbes aquatiques…)


Que faire, ou plutôt que défaire pour que le courant retrouve sa vitalité ?

Eliminer ces obstacles par l’ouverture des vannes, la suppression des barrages et des seuils, en un mot reconstituer le débit régulier essentiel au rétablissement de la continuité écologique.


Ainsi libéré, le courant plus vigoureux, creuse son chenal et repousse les vases de part et d’autre : au début peu agréables à voir, il faut en convenir, elles vont se solidifier recréant les berges telles qu’elles étaient avant l’intervention humaine. Puis la nature toujours à l’affût de nouveaux territoires viendra installer une végétation du plus bel effet. Enfin, l’eau coulant plus rapidement s’oxygène mieux permettant ainsi à la rivière d’améliorer sa régénération.


Les essais effectués en amont dans les zones prioritaires, se sont avérés concluants et sont donc pérennisés. A Janville et Lardy, de part une situation particulière, ces essais ayant requis un complément d’information ne seront repris qu’ultérieurement. En conséquence le temps écourté de cette première phase n’a pas permis de voir les nouvelles rives durcir et se couvrir de végétation.


Qu’en est-t-il des curages pratiqués auparavant ?


Jugés traumatisant pour les milieux aquatiques en raison de la destruction systématique des habitats et des lieux de vie des poissons. Il ne sont plus financés. Et difficilement autorisable Cette décision est d’autant plus justifié que les curages, provoquant un élargissement du lit, donc un ralentissement du courant et un dépôt accru de sédiments, auraient un effet exactement à l’opposé de la réhabilitation de la continuité et de ses objectifs de bon état écologique !


* Source : Bulletin municipal de Janville avec l’aimable autorisation du SIARJA (Syndicat mixte pour l’aménagement et l'entretien de la rivière la Juine et de ses affluents)



communiqué

Nombre de visiteurs